Confidences – « mon passé triste…ma femme a abusé de moi pendant près de 10ans..»

Souvent nous entendons parler de viol d’homme sur femme. Cependant il est très rare de constater des viols des femmes sur les hommes. C’est cette optique qu’inscrit l’histoire de cet homme sur les antennes de la BBC.

Pour le commun des mortels, le nombre des violences physiques ou sexuelles sur les femmes seraient approximative à 75%. Et celui sur les hommes ? Voilà le témoignage d’un jeune Ukrainien à la BBC.

Je croyais la belle vie moi parce qu’on sortait et on faisait apparemment tout comme bon nous semblait. Je n’ai jamais crû même en une minute qu’elle me ferait du mal, encore moins avec elle seule.

Je me suis rendu maintenant compte que mon ex-femme me violait depuis prêt de 10 ans.

Tout a commencé avec elle quand je l’ai connu et aimer par la suite même si c’était qui m’a dragué. Pour mes parents aussitôt je prendrait une femme, aussitôt je sortirais de la maison et vivre seul. Avant donc d’avoir une relation j’aurais donc encaissé mon argent pour subvenir à mes besoins et celui de ma femme.

De plus, ma maman s’inquiétait pour moi car mon apparence sous estimerait ma capacité à être vraiment un homme.

Mes premières tentatives au sexe ont eu d’effectivité avec Ira. Ce n’était ce que je voulais car elles ont été agressives. Notre toute première rapport d’intimité à duré près de 5 heures, le mal de ça. Elle aimait bien que je vesse et cela durait près de 2 heures.

Je n’avais pas d’expérience sur le sexe donc pour moi ça ne pouvait se passer qu’ainsi. Très tôt j’ai dit non à Ira elle n’a pas compris ! L’affaire changea donc son nom en viol.

Pour un long voyage d’affaires j’ai dû voyager ma femme avec moi. À moins temps de repos ellee demandait du sexe. Malgré que je sois fatigué, elle disait «j’étais surmené et je voulais je le veux, j’en ai besoin, alors tu dois le faire, allez, j’attends depuis longtemps» alors que j’étais tout épuisé.

«Puis elle me frappait et je ne pouvais rien faire. Elle me griffait la peau avec ses ongles jusqu’à ce qu’elle saigne, elle me frappait. Elle ne laissait aucune marque sur mon visage, elle ne faisait mal à ma poitrine, mon dos, mes mains». Selon moi on ne bat jamais une femme donc j’étais tolérant. «Je me sentais petit, faible et je ne pouvais pas m’échapper. Elle obtenait ce qu’elle voulait et elle était généralement au-dessus de moi»

Pour elle je devrais toujours faire sa volonté. Des infections urinaires, de la fièvre et des traces bizarre sur ma partie intime, j’en ai eu. Je pasais des week-end pires. Sans repos, ça se passait au moins une fois par jours. C’était époustouflant !

Je suis rentré après chez mes parents sans garder aucuns contacts avec Ira. Mes tentatives pour m’éloigner d’elle était en vaine. Je revenais toujours parceq’elle me manquait énormément. On s’est marié par la suite bien que je ne voulais pas de ça.

Ira était jalouse, elle me contrôlait partout. Même quand je devrais rendre visite à ma famille ou à une amie, je devrais l’appeler. Elle aimait tellement me voir à ces côtés partout. On a loué ensemble un appartement. Elle faisait l’homme dans le foyer, donnait des ordres, imposait ses volontés.

Quand je faisais «quelque chose de mal», elle me grondait et me prévient. J’évitais souvent sa colère. J’étais faible donc je suivais banalement ses instructions.

Ça été toujours ainsi mais elle continuait toujours qui lui survint une maladie qui l’obligea à rester au lit pendant une à deux semaines.

Il faut constater que ces personnes victimes de ces situations vont habiter très loin de leur parents.

Partagez pour vos proches



Suivez-nous sur Facebook
Nous sommes sur WhatsApp !
Rejoignez-nous et recevez nos alertes !

Je rejoins la communauté !

Dernières actualités